1ère circonscription de l’Aube : seule triangulaire de ces législatives

Aux élections législatives de 2012, c’est 34 circonscriptions qui étaient considérées comme triangulaires au second tour. En 2017, il n’en a qu’une : la 1ère circonscription de l’Aube. Les Républicains, En Marche et le Front national se retrouvent au coude à coude, seuls dans l’arène.

Les candidats LR Nicolas Dhuicq (25,69%), REM Grégory Besson-Moreau (29,86%) et FN Bruno Subtil (24,89%) s’opposent dans la seule circonscription triangulaire de ces législatives. Pour le FN et LR, l’objectif est simple : faire barrage au candidat En Marche, arrivé en tête aux termes du premier tour. Nicolas Dhuicq met en avant son ancrage local, tentant de faire réagir les électeurs, espérant une baisse de l’absentéisme (64% chez les moins de 35 ans au premier tour).

Côté En Marche, Besson-Moreau s’indigne des accusations de parachutage, s’efforçant de placer en avant sa légitimé. Entrepreneur dans le BTP, il tente de séduire la presse locale en la recevant chez lui, dans sa maison de campagne, où il ne vit pas toute l’année.

Même s’ils ne sont que trois à accéder au second tour, un quatrième joueur vient prendre part au match. Il s’agit du candidat de La France insoumise Michel Bach. Malgré ses 8%, il appelle ses électeurs à faire barrage au FN. Pour le trio de tête, rien n’est encore joué. Dimanche scellera les scrutins et avec eux, l’identité du prochain député de la 1ère circonscription de l’Aube.

Guillaume Chagot