Accord sur le climat : revivez l’épopée écologique du gouvernement en 7 tweets

Au lendemain de la journée international pour le climat, et à l’heure où Donald Trump conteste l’Accord sur le climat, Nous Président vous rappelle la longue épopée mondiale pour placer les causes écologiques au premier plan de la scène internationale. La liste en 7 tweets. 

Jeudi soir, le président des Etats-Unis Donald Trump a fait trembler les militants écologiques du monde entier depuis la roseraie de la Maison Blanche à Washington. Alors que son prédécesseur Barack Obama s’était battu pour limiter la hausse de la température moyenne mondiale pendant son mandat, de 2009 a 2017, celui-ci a annoncé qu’il promettait de défaire l’accord sur le climat au nom de la « défense des emplois américains ». Mais a t-il oublié tous les grands rassemblements mondiaux qui ont eu lieu avant qu’il n’arrive au pouvoir ?

Protocole de Kyoto en 1997, conférence de Stockholm en juin 1972, La Haye entre 1989 et 1990, Sommet de Rio en 2012 et Cop 21 en 2015, tant d’événements qui ont réveillé les consciences et les écologistes à militer pour la survie de la planète et la baisse du réchauffement climatique…

Partons par exemple du 31 mars 2015. Une journée au cours de laquelle les États-Unis, deuxième émetteur mondial envisagent, de façon conforme à l’annonce conjointe avec la Chine ( 2014) de réduire leurs émissions. Cela en augmentant la réduction des gaz à effet de serre de façon considérable d’ici 2021. Ils proposent de passer de 26 à 28 %.

Quelques mois plus tard, les internautes et les écologistes assistent à la Cop 21. En décembre 2015 en effet, ce grand événement accueilli par le Bourget rassemble quelques 195 dirigeants de pays. L’objectif : tenter de limiter le réchauffement climatique mondial. Ils espèrent alors le réduire de 2° d’ici 2021. Pour marquer à jamais leur participation, 150 chefs d’Etat et de gouvernement prennent la pose.

De son côté,  le président Barack Obama, sensible à cette cause, promeut  l’utilisation de l’énergie solaire via son compte Twitter. Et souhaite fermer bon nombre de centrales à charbon.


Dans la continuité de la COP 21, Marrakech organise un grand rendez-vous l’année suivante. En effet, du 7 au 18 novembre 2016, le Maroc s’intéresse l’innovation sociale pour atténuer les effets du réchauffement. Un dessinateur français relaye l’évènement avec des dessins sympathiques sur la toile.

C’est aussi à ce moment que Ségolène Royal vient échanger avec Salaheddine Mezouar, le ministre marocain des Affaires étrangères.

Ainsi, à revoir ce grand agenda, l’ancienne ministre de l’écologie Ségolène Royal et le ministre actuel Nicolas Hulot sont furieux contre le président des Etats-Unis. Comment peut-on selon eux, négliger tout ce qui a été entrepris jusqu’ici ? Ils ont eux aussi réagi sur la toile. Alors qu’elle déclarait « Il ne faut pas le laisser faire, parce que s’il arrivait à ses fins, ce serait un très grave délit contre l’humanité» sur BFM TV, son successeur au gouvernement se disait, choqué de la violence inouïe des propos du chef d’Etat sur diverses radios. Il expliquait par exemple à Europe 1, vendredi, « C’est un message d’une violence inouïe aux familles de ceux et celles qui par millions, meurent chaque année de la pollution due à l’utilisation des énergies fossiles. C’est un message d’une violence inouïe aux générations futures».

 

Valentine Puaux