Hugues Ribault : portrait d’un maire engagé auprès de la jeunesse

Si les candidats à la présidentielle se sont tous penchés sur le cas de la jeunesse, qu’en est-il des élus locaux ? Comment perçoivent-ils cette dernière ? Quelles sont leurs actions en faveur de la jeunesse ? Rencontre avec Hugues Ribault, maire d’Andrésy (78), un élu local fortement engagé auprès des jeunes dans sa commune, et ce, depuis plus de 16 ans.

Poignée de mains ferme, regard décidé, et sourire avenant accroché aux lèvres, c’est avec enthousiasme que Hugues Ribault, maire LR d’Andrésy, petite commune des Yvelines, nous accueille dans son bureau. À la tête de la ville depuis plus de 16 ans, c’est avec un réel intérêt qu’il s’est prêté au jeu des questions/réponses pour Nous Président, afin de discuter d’un sujet qui lui tient à cœur : la jeunesse.

 

Une vie associative riche

La ville d’Andrésy semble, en effet, porter une attention particulière à ses jeunes et notamment à leur bien-être. Un large éventail d’associations sportives et culturelles a ainsi sa place dans la ville. La plus grande fierté du maire ? La construction de l’espace Stéphane Diagana, il y a de cela 8 ans. Un complexe sportif flambant neuf, qui propose de quoi pratiquer sans le moindre souci sa discipline de prédilection. Et la ville a également un autre grand projet à destination des plus jeunes : un parcours pour pratiquer le “street workout” au niveau du quartier des Charvaux. “On a développé ça avec eux, ils étaient très demandeurs. Nous ne nous étions pas aperçus de ce besoin, c’est en discutant avec eux qu’on s’est dit : « On va faire quelque chose » nous explique Hugues Ribault. Un projet qui devrait voir le jour prochainement, et qui devrait combler le manque d’installations flagrant à l’égard des jeunes dans ce quartier excentré.

La ville accorde également une grande importance à la culture par l’intermédiaire d’évènements culturels comme des concerts ou encore des spectacles de danse, nombre d’entre eux ayant lieu à l’espace Yvry-Gitlis. De même, Andrésy Jeunesse, un espace crée spécifiquement pour les jeunes de la ville, est à l’origine de nombreux voyage, expositions et visites…

 

De jeunes concitoyens mobilisés

Au niveau de l’éducation, Hugues Ribault met en avant l’ouverture de la commune à ses voisins européens. Loin d’être eurosceptique, il met un point d’honneur à entretenir de bonnes relations avec la ville de Haren en Allemagne, jumelée avec Andrésy depuis de nombreuses années. “Tous les ans, il y a un échange de collégiens.” explique-t-il. Mais au-delà des voyages scolaires, la ville tient à surtout à préserver le devoir de mémoire, pilier de la vie citoyenne. Selon le maire, “Les jeunes sont concernés par le devoir de mémoire. Chaque année, un professeur les emmène, soit en Normandie, soit à Verdun, soit dans les camps de concentration.” Un passage difficile mais obligé pour cette petite ville dont l’histoire trouve un écho bien particulier ; l’un des établissements les plus connus de la ville, le Châlet de Denouval, a en effet accueilli des orphelins juifs au cours de la Seconde Guerre mondiale.

Quand on lui demande par quel moyen la mairie implique t-elle les jeunes dans la vie politique, la réponse est sans appel : “Je reçois des classes ici (au sein de la mairie). Je ne leur fais bien évidemment pas de discours, je pourrais être taxé de vouloir faire de la récupération politique. Par contre, je réponds aux questions des jeunes.” Moyen plus concret pour inciter les jeunes à participer au débat politique de leur municipalité : la création d’un Conseil municipal des jeunes, il y a de cela 2 ans. “C’est particulièrement intéressant de travailler avec eux, parce qu’ils ont des idées, notamment pour préparer tout ce qui tourne autour des jeunes à Andrésy. C’est par eux qu’on commence à comprendre ce dont les jeunes ont besoin, notamment les histoires de transports, etc.” s’enthousiasme Hugues Ribault. Une initiative plébiscitée par les jeunes de la commune, qui se sentent ainsi entendus et utiles à leur propre ville.

 

Une ville labellisée “Ville amie des enfants”

Entre les dispositifs sportifs et culturels, le Conseil municipal, les différentes manifestations attrait à la culture et à la jeunesse, on comprend donc mieux pour Andrésy a obtenu le label “Ville amie des enfants” décerné par l’Unicef. Le but de ce dernier ? Récompenser une collectivité qui se caractérise par la qualité de ses actions et de ses initiatives en direction des 0-18 ans.

Investi auprès de la jeunesse, Hugues Ribault a à cœur de s’engager durablement auprès de ses plus jeunes concitoyens pour permettre à ces derniers de partir sur les meilleures bases possibles : “Notre devoir, c’est effectivement de les accompagner, de mettre en place tout ce qu’il faut pour eux, tout ce qu’il faut pour leur avenir. La jeunesse se construit sur ce qu’on lui apporte. On crée des possibilités, on alimente ce potentiel. C’est tout à fait la formule de Montaigne : « L’enfant n’est pas un vase qu’on emplit, mais un feu qu’on allume. » On lui permet de bâtir les fondations de ce qu’il sera plus tard.” conclut-il. Et le maire ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. La ville a déjà un autre projet en tête : la construction de logements étudiants au niveau de la Gare d’Andrésy. Une chose est sûre : les idées ne manquent pas !

 

Article co-écrit avec Caroline Vazquez.

Aurore Rousset