Pourquoi la jeunesse guyanaise se révolte maintenant

La Guyane est en colère ! Depuis plus d’une semaine ce département français fait la Une des médias. Mardi 28 février, plus de 10 000 personnes ont défilé dans les rues. C’est la plus grosse manifestation jamais réalisée dans ce département qui ne compte que 250 000 habitants. L’association “500 frères” est au coeur de cette révolte avec des revendications claires : lutter contre l’insécurité en Guyane. Pourtant cette problématique n’est pas nouvelle … pourquoi les Guyanais expriment leur colère maintenant?

4 meurtres en 4 semaines : la goutte d’eau

Mi-février un jeune homme de 30 ans est abattu dans les rues de Cayenne pour avoir refusé de donner sa chaîne en or et sa montre à des délinquants : le dernier des meurtres recensé en à peine 4 semaines. C’est la goutte d’eau qui fait naître l’association “500 frères”. Composé d’une centaines de jeunes cagoulés et vêtus tout en noir, ce groupe s’est donné pour mission de régler les problèmes d’insécurité en Guyane. La cagoule choisie comme symbole fort a tout de suite attirée l’attention des autorités. “Sans la cagoule, nous n’aurions jamais été pris au sérieux. Depuis 20 ans, il y a eu beaucoup de collectifs, de marches contre la violence, ça n’a rien changé. Il fallait faire quelque chose de différent. Si on est écouté aujourd’hui, c’est bien grâce à cette cagoule”. déclare sur Guyane 1ère, Mickaël Mancée, ancien policier de 33 ans devenu porte-parole du collectif. “Les gens ne sont pas en sécurité chez eux et les policiers n’ont pas les moyens qu’il faut pour palier à ça.” souligne avec colère Hervé Arthur membre fondateur de l’association “Antilles Guyane Anjou” basée à Angers. En effet la Guyane est le département le plus meurtrier de France devant Marseille. L’année dernière 42 meurtres ont été recensés. C’est quasiment un meurtre toutes les semaines. Un record de crimes détenu par la Guyane. “Tous les Guyanais se sentent concernés par cette insécurité. C’est le gros problème du pays.”  ajoute Hervé.

La Guyane le département le plus délaissé parmi les Outre-Mer

Pourtant ce n’est pas le seul problème… Les infrastructures médicales et scolaires ne sont pas adaptées. “Aujourd’hui il n’y a pas de cancérologue  ou de neurologue en Guyane”  explique Josiane Beausoleil porte-parole de l’association “Fière d’être Guyanais”. Résultat : d’après l’INVS, le taux de mortalité à cause d’une maladie cardio-vasculaire est près de 60% plus élevé que la moyenne en métropole. “Pour se soigner la seule solution c’est d’attendre qu’un spécialiste vienne sur le territoire. Il y en a 1 ou 2 tous les 3 mois et bien évidemment ils ne peuvent pas s’occuper de tous les dossiers.”
Même constat en matière d’éducation, les jeunes sont obligés d’aller en Guadeloupe et Martinique pour poursuivre leurs études supérieures après le BAC. 38% des lycéens sortent du système scolaire sans diplôme. La jeunesse guyanaise se sent délaissée. Comme l’explique Hervé “Un jeune qui s’ennuie c’est un jeune qui fait des bêtises”. Les chiffres le prouvent : en l’espace de 3 ans le nombre de mules arrêtées à l’aéroport de Cayenne a plus que doublé passant de 183 à 371 en 2016. Toutes ces mules sont principalement des jeunes…
“La Guyane a presque 40 ans de retard par rapport aux Antilles.”  constate Hervé qui à l’âge de 15 ans est parti vivre en Guadeloupe avec sa famille. Alors que les centres commerciaux existent depuis plus de 20 ans en Guadeloupe, ce n’est qu’en 2002 qu’un hypermarché de 4000 m² a ouvert ses portes à Cayenne. En matière de tourisme, la Guyane pourtant riche en paysage est en deçà du tourisme aux Antilles. Elle représente à peine 2% de l’économie guyanaise. C’est deux fois moins qu’en Martinique et dix fois moins qu’en Guadeloupe. “La Guyane c’est un pays qui est oublié par la France.”  d’après Hervé.

La fusée Ariane

Après l’indépendance de l’Algérie en 1962, le Général De Gaulle choisit la Guyane comme nouveau site de lancement de fusées. Depuis, la base spatiale implantée dans la ville de Kourou est devenue l’Agence Spatiale Européenne. C’est quasiment une fusée par mois qui décolle de ce site. Chaque lancement coûte en moyenne 70 millions d’euros. “La base spatiale devait permettre de développer l’économie en Guyane, pourtant rien n’a changé. Les coupures de courant sont par exemple toujours aussi fréquentes dans les habitations.” Bloquer les infrastructures comme l’aéroport est donc une action coup de poing pour faire entendre les revendications du pays. La base spatiale représente un poids économique pour l’Etat. “Avec la fusée, la population a plus de poids. Ca coûte de l’argent et ils (les politiciens) sont bien obligés de réagir. Il va y avoir des pots cassés.” explique Hervé.

rocket takeoff

Lancement d’une fusée Ariane à Kourou

Toute la population guyanaise est soudée

Les “500 frères” ont su mobiliser l’attention de toute la population. Pratiquement tous les guyanais de Guyane mais aussi de métropole les soutiennent et les élus aussi. Josiane explique que “Le maire de la ville de Saint-Laurent-Du-Maroni demande des subventions depuis 30 ans. Il a fallu que les jeunes descendent dans les rues pour que l’Etat prête attention à nos problématiques.” Une preuve que la population guyanaise est soudée et bien déterminée à faire changer les choses sur leur territoire. “On ne demande pas l’indépendance. On veut juste avoir les mêmes moyens que les autres départements.” conclut Josiane.

 

Mayline Meynard